Le Breizh Paradox

janvier 2011: dépôt par « Le banquet » d’une enveloppe SOLEAU à l’I.N.P.I., Institut National de la Propriété Industrielle.

Le concept de « Breizh Paradox » a été créé par Guy Caro, président de l’association « Le banquet », en mars 2010, dans le cadre de la préparation d’un forum « Alimentation et santé » qui s’est tenu le 27 avril 2010 à Plémet, en Centre Bretagne.

Sa première mention écrite, en dehors de « Le banquet », apparaît dans un courriel adressé le 19 avril à Freddy Thiburce, Responsable des Cercles Culinaires et de l’association « Amann Mad » et signé par Guy Caro pour l’inviter à intervenir lors du forum.

Il est défini par le constat paradoxal suivant: la Bretagne est, en France, une région particulière par sa production et sa consommation relativement importantes de cochon, de beurre salé et de gâteaux sucrés, salés, beurrés. Elle est aussi l’une des trois régions françaises les moins touchées par l’obésité, avec les régions Provence-Alpes-Côte d’Azur et Rhône-Alpes.

Ce classement est l’un des résultats de l’enquête ObEpi-Roche 2009 sur la prévalence de l’obésité en France. Cette particularité bretonne s’inscrit dans la durée: depuis la première enquête en 1997 et dans les enquêtes tous les 3 ans: 2000, 2003, 2006 et 2009.

A partir de ce constat, qui mérite d’être affiné par des études interdisciplinaires régulières en Bretagne, plusieurs questions peuvent être posées, notamment:

  • au plan breton: est-il judicieux, pour prévenir l’obésité en Bretagne, de diffuser vers l’ensemble de la population de recommandations nationales du type « Mangez moins de sel, de sucre, de gras ». Recommandations qui peuvent être judicieuses seulement pour des personnes et des groupes qui souffrent ou qui sont à risques de certaines pathologies?
  • au plan national: les recommandations nationales de prévention de l’obésité peuvent-elles être uniformes ou doivent-elles, pour être judicieuses, s’adapter aux spécificités régionales françaises, d’une diversité bien connue et documentée, du Nord au Sud et de l’Est à l’Ouest?

Les enjeux du Breizh Paradox concernent certes la santé, mais aussi l’alimentation, l’agriculture, l’agroalimentaire, la communication, l’image de la Bretagne.